Thé

Alors que je tends la main pour me brûler, presque, les lèvres au thé noir, cette chaleur longue et blanche qui danse et fuit m’arrête. Elle est donc belle et douce, aussi sûrement qu’elle mord, et âprement.

https://www.youtube.com/watch?v=LZ98Ghfx82k&feature=youtu.be

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :